Un député de Meurthe-et-Moselle interpellé par son xTICE…

Par défaut

En ligne…

La réponse de la ministre :

Réponse émise le 15 septembre 2015

« Le ministère chargé de l’éducation nationale s’est doté d’une stratégie ambitieuse pour faire entrer l’école dans l’ère du numérique. Le service public du numérique éducatif, inscrit dans la loi de refondation de l’école de la République du 8 juillet 2013, doit aider l’école à accomplir ses missions fondamentales d’instruction, d’éducation et d’émancipation. La généralisation du numérique à l’école est l’une des priorités du Président de la République. Dans ce cadre, une concertation nationale sur ce thème a été lancée le 20 janvier 2015 qui a donné lieu à une restitution le 7 mai dernier en présence du Président de la République et de la ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche. Ainsi, un plan numérique pour l’éducation a été lancé avec 500 écoles et collèges qui seront connectés dès 2015. Ce sont plus de 70 000 élèves et 8 000 enseignants qui expérimenteront, dès la rentrée prochaine, de nouvelles formes d’enseignement et d’apprentissage grâce au numérique. Les enseignants bénéficieront d’une formation spécifique aux usages pédagogiques du numérique. Dans ce cadre, la reconnaissance des fonctions de référents pour les ressources et usages pédagogiques numériques dans le second degré et d’animateur TICE dans le premier degré constitue une priorité pour le ministère. S’agissant du second degré, la réforme relative aux obligations de service et aux missions des personnels enseignants exerçant dans un établissement public du second degré a consacré la possibilité pour les enseignants volontaires, lorsqu’ils sont désignés par le chef d’établissement, d’exercer en sus de leur service d’enseignement, certaines missions particulières, pour répondre à des besoins spécifiques. Ces missions particulières peuvent faire l’objet d’une reconnaissance sous forme indemnitaire en application du décret n° 2015-475 du 27 avril 2015 instituant une indemnité pour mission particulière. Tel est le cas de la mission de référent pour les ressources et usages pédagogiques numériques. En outre, lorsque la mission confiée est d’une importance telle, compte tenu du temps nécessaire à son accomplissement et des conditions dans lesquelles elle s’exerce, qu’elle ne peut être effectuée en sus du service d’enseignement, elle peut donner droit à un allègement du service d’enseignement en lieu et place de l’IMP. S’agissant du premier degré, une réflexion est actuellement en cours afin de reconnaître les fonctions d’animateur TICE. Ainsi, cette fonction pourrait évoluer vers celle de conseiller pédagogique au numérique, en cohérence avec la refonte de la certification des professeurs des écoles maîtres formateurs. »

Relire notre analyse sur ce blog…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s